SAVEZ-VOUS COMBIEN GAGNE UN VENDEUR DE COCO ?

Consommateur d’eau de coco, il n’est pas rare que je fasse une halte sur le bord de la route pour acheter une ou deux bouteilles de cette faveur extraordinaire de la nature. Je passe ma commande et comme de coutume, mon naturel sociable se met à l’oeuvre et je m’intéresse à la vie du vendeur que j’appellerai Patrice dans cette brève. J’ai également prit quelques photos avec son accord mais ayant bien réfléchi je ne les publierai pas non plus… nul besoin de vous dresser un tableau ! Car certains vendeurs de « dlo coco » gagnent bien leur vie.

En une dizaine de minute, Patrice m’a accordé une interview inopinée et authentique dressant le portrait d’un exemple de motivation, de persévérance. Par chance, une cliente est servie et nous laisse en tête à tête. Le bruit des voitures ne couvre pas la voix déterminée de Patrice et j’en profite pour monder votre esprit des clichés systématiques logés dans votre inconscient, il s’exprime si bien (en français) qu’on croirait qu’il travaille dans le tertiaire ; en banque ou en assurance. Le jeune homme est doué de ses mains, maçonnerie, peinture, carrelage il peut tout faire, ce qui lui permet de participer à quelques chantiers clandestins le weekend.

img_20161218_223601

 » Oui je dois dire que ça marche assez bien. Ça fait à peu près trois ans que je fais ça et je m’en sors dignement. La pénibilité apparente que vous voyez quand vous passez en voiture n’est rien comparée à ce qu’elle est réellement. La préparation c’est trouver les cocos et je précise que moi je ne vole pas les cocos des gens la nuit. Tout ce que je fais est honnête, je nettoie les jardins des propriétaires et en échange ils me laissent me servir en cocos. Ça les arrange parce qu’ils ne sauraient pas quoi en faire. »

« C’est beaucoup de travail mais après je me fais bien plaisir ! « 

Durant les deux dernières années, Patrice a coupé des noix de cocos sans relâche pendant plus de 700 jours. Cela veut dire qu’en retirant les jours de fortes pluies il ne s’est pas accordé un jour de congé. Et en accomplissant ce labeur il se rémunère 1000 euros chaque mois ce qui lui convient, bien que le véhicule consomme pas mal d’essence. Il a 32 ans et affirme « Je fais tout ça pour m’occuper de ma fille et lui offrir une vie meilleure que celle que j’ai eu ». Je ne vous cache pas mon émotion à la suite de cette phrase. Et vous savez pourquoi 1000 euros par mois est un salaire décent pour Patrice ? Parce qu’il a économisé plus de 18 000 euros sur deux ans uniquement avec cette activité. En sachant que les français épargnent en moyenne 3279 euros par an, le business de Patrice est très rentable. Il génère donc un chiffre d’affaires de 42 000 euros sur deux ans. Ce qui équivaut à vendre environ 15 bouteilles (4€ unitaire) par jour pendant deux ans pour atteindre ce chiffre.

Je ne lui ai pas demandé si son activité était déclarée mais ce que je retiens surtout, c’est la motivation de ce jeune guadeloupéen qui a commis quelques impairs avant de reprendre une route droite. Un exemple qu’il est possible de convertir les énergies négatives en énergies positives. C’est lui-même qui le dit. Bravo !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *