Le mot BLACK – Hérésie

A Paris on nous appelle les H, les gwadada ou les madininas, mwenka, les kainfs, les renois ou pour mieux nous accorder ; les BLACK. Mot utilisé par toutes les générations et qu’on retrouve dans tous les milieux sociaux pour désigner un homme ou une femme Noir(e) ; parce que Noir serait devenu le mot interdit ; au même titre qu’on a peur de dire Juif dans le métro. Le terme « travailler au noir » étant déjà remplacé par « travailler au black » ; peut-être qu’un jour on ne pourra plus appeler un chat.

BLACK

Black ! Ce mot que je ne supporte plus, parce que même les noirs l’acceptent, l’utilisent et parce que même Larousse en fait la pire définition. On a tellement l’habitude d’infantiliser les noirs quand on leur parle (politiques, policiers), de les surnommer comme on veut, comme on sent, que  les mots black, renoi, et que même les blagues racistes sont devenues la banderole du « non-raciste ». Le non-raciste qui n’est pas raciste parce que  » le père de sa meilleure amie est noir ». Et les noirs eux-mêmes : « Je suis tellement fier d’être noir que je rigole à toutes les blagues communautaires quel qu’en soit son émetteur ». La vérité, c’est qu’on est tellement blasé et habitué à cette infantilisation qu’on veut en rigoler comme le fait un enfant à qui on dit « Tu as une grosse tête » pour ne pas s’étioler en société. Mais c’est moins drôle quand la réalité nous rattrape et que les mots black, renoi, kainf, mwen-ka se traduisent en contrôle au faciès. Quand le propriétaire d’un appartement « refuse de signer un bail locatif à un kainf qui va faire frire des bananes dans son appartement ».

Je n’aime pas l’utilisation du mot black pour désigner un Noir.

Qui dit white pour désigner un blanc ? Personne. Le plus grave est que certains ne comprendront pas le problème de l’emploi de ce terme parce qu’il est pleinement ancré dans le langage courant. Black, tellement imprimé dans les esprits qu’un rappeur l’utilise comme surnom : Black M.

Nous, Français sommes très partisans de l’anglicisme pour désigner des choses ou des tendances : hooligan (voyou de stades), tour-operator (voyagiste), bashing (dénigrement), black (on met quoi ? homme noir ou juste noir ?) Absurde ! L’anglicisme du mot black objetise l’homme Noir le rendant inconsciemment moins important. Alors que l’homme Blanc garde toujours son intégrité, sa dignité quand il s’agit de le désigner.

Aux Antilles-Guyane, il n’existe pas  un autre terme que Blanc pour désigner un Blanc, ou Arabe pour désigner un Arabe.

Aux Etats-Unis on dit African-American, en Angleterre on peut dire Black car cela signifie littéralement Noir, alors en France, employons le mot Noir !

Pour un point de vue plus nuancé et une plume plus journaliste ; lisez cet article du site SLATE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *