Merci Paris, je rentre en Guadeloupe

Je vais définitivement lever le mystère sur mon activité actuelle. Les plus réguliers l’auront compris, les plus occupés vont le savoir dans cet article ; j’ai quitté Paris.

Cette fois ce n’est pas pour aller à Phuket, à Londres, à Barcelone ou à Ho Chi Minh… je rentre en Guadeloupe.

MAIS T’ES MALADE ?

Oui je suis malade ! Malade de ma famille avec qui j’ai besoin de passer plus de temps, malade de mon île, amoureux des prochaines années de ma vie ; car je l’ai décidé. Faire ce que je veux et être heureux à tous les niveaux.

La BMW de fonction et les jolies nuits d’hôtels lors de ces magnifiques séminaires n’ont pas supporté la puissance de mes ambitions. Eh non ! Mêmes les défaites n’ont pas tu mon croissant désir de me relever et de déployer mes ailes. Tellement d’énergie à courir après les clients, tellement de volonté de bien faire et malgré la reconnaissance de mes N + 1 et 2, il fallait que je parte.

J’ai entendu : « Mais Laurent tu es bien trop parisien pour vivre en Guadeloupe » « Je ne vois pas comment tu vas t’adapter » et d’autres phrases qui m’ont plus motivé qu’elles étaient censées amoindrir la force de ma volonté. Elles n’ont fait que croître le désir de relever le challenge. J’y vais.

MAIS QUE VAS-TU FAIRE LA-BAS ?

Il  y a ceux qui veulent juste satisfaire leur curiosité, ceux qui sont gênés de te voir évoluer et ceux qui te motivent réellement ; des trois versions, je ne retiens que la dernière à long terme.

En 2008 j’ai trouvé l’associée idéale avec qui je m’étais promis de me lancer. Ah c’est important de préciser qu’elle est parisienne de souche et qu’elle vient s’installer en Guadeloupe. En 2016 nous y sommes. Nous avons créé une Start Up innovante, Moon Influence, qui va apporter nous l’espérons un vrai souffle nouveau aux jeunes désireux de se faire remarquer par les marques. Un projet innovant car il va apporter aux entreprises Antillaises et Guyanaises une nouvelle technique dans leur stratégie de communication digitale.

MAIS T’AS PAS PEUR ?

J’ai peur de souffrir en amour, j’ai peur de faire du saut en parachute, j’ai peur des dragons de komodo, peur des serpents aussi. Mais j’ai presque aussi peur de traverser une chaussée très empruntée à Ho Chi Minh où les passages piétons ont plus une utilité décorative que protectrice, que de me lancer dans une nouvelle aventure professionnelle : et vous excuserez la lourdeur de cette phrase. Le reste, ce sont des craintes et l’espoir est né de la crainte du lendemain. Alors let’s go !

ET DONC TU QUITTES PARIS DÉFINITIVEMENT ?

Merci Paris pour ces années de bonheur. De ces huit ans je retiendrai 85 % de plaisir et d’épanouissement personnel. Sur une route qui m’a offert des personnes exceptionnelles qui se reconnaîtront. Les voyages gravés sur mes comptes sociaux et notamment instagram. Cette page de Paris est tournée ça c’est sûr. Je n’exclus pas d’en ouvrir probablement une autre un jour. J’adore cette ville qui aura fait la magie de mes premières amours.

ALORS JE VIENDRAI TE VOIR !

Sans problème mais seulement avec des ondes positives. Ah au fait, rien à voir … Kalash fait désormais partie de ma playlist avec Taken… oui, oui, perdu parmi cette horde de morceaux Tropical House.

La Bise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *